Une activité secondaire que j’ai dans ma pratique artistique est d’animer des ateliers. Faire de l’art avec des enfants est tellement amusant. J’ai fait trois ateliers d’affilée et j’ai animé la même structure avec eux, mais tous avec des résultats tellement différents. Ce qui le rend absolument fantastique.

D’abord, nous commençons petit. Nous dessinons et aquarellons des papiers pré-remplis. J’ai remarqué que c’est un bon moyen de voir quelles sont leurs capacités et de s’en servir comme base pour le reste de l’atelier.

Cela les calme aussi beaucoup, ils savent en général comment cela fonctionne et par où passer de cela. Peu de temps après, nous avons découpé le dessin. Juste pour négliger l’habitude de toujours travailler sur le même format de papier, mais que l’on a le pouvoir de lui donner un autre format.

Ensuite, nous l’entrouillons un peu et passons à un format de papier plus grand. Ils deviennent fous, c’est amusant de voir à quel point un enfant de 5 ans peut être enthousiaste devant une feuille de papier A3. Je les laisse donc créer leurs propres envies dessus. Ensuite, je leur demande de le déchirer, une nouvelle cale complète. Certains d’entre eux en fabriquent plusieurs et n’arrivent toujours pas à détruire leurs bébés. D’autres s’y plongent à fond et recréent quelque chose de nouveau avec les restes. Dans tous les cas, ce n’est pas l’acte de faire qui compte. C’est le fait de savoir que c’est une option.

Puis arrive le grand moment de grande surprise. J’ai le papier A2. Omg, c’est plus grand qu’ils ne le sont dans la plupart des cas et certains des enfants font un théâtre autour, ils font semblant de s’évanouir, commencent à se mesurer avec. Allongez-vous dessus et certains se mettent à pleurer parce qu’il est trop gros. L’occasion la plus amusante était un enfant qui est allé en souriant tout en câlinant sa feuille de papier.

Ce n’est que jusqu’à ce que nous commencions à utiliser le grand papier que nous commençons à utiliser de la peinture. Pourquoi, me demanderez-vous ? Eh bien, c’est un gâchis, un gros gros gâchis. Je demande aux parents de leur donner de vieux vêtements et ils apportent tous un gilet de protection en plastique. Mais sérieusement, certains enfants peuvent en doucher certains et je l’ai déjà fait plusieurs fois. Je protège toujours le sol avec une nappe cirée, mais si je commence par cette partie, c’est trop compliqué pour revenir. De plus, au moment où ils arrivent ici, ils se sentent ouverts de manière créative et sont conscients de leurs mouvements. Aussi, je sais mieux quels enfants ont besoin de plus d’attention pour contrôler leurs mouvements et peindre.

Alors, comment puis-je les faire rester au même endroit? Je fais des règles au début du cours. Si j’applaudis, cela signifie qu’ils doivent me prêter toute leur attention, arrêter de bouger et se taire. Sérieusement, ils peuvent être si bruyants. Si je claque des doigts, cela signifie que nous allons très bien et que nous devons accélérer, nous allons de plus en plus vite. Et s’ils laissaient la protection du sol ? Le sol est de la lave, et nous nous brûlons les pieds. C’est amusant, car ils se corrigent mutuellement sur cet aspect. Je n’ai presque jamais besoin de dire quoi que ce soit à ce sujet.

En vous disant ces parents, vous pouvez vous détendre, vos enfants sont adorables et sont naturellement talentueux, bien sûr certains plus que d’autres, mais tous savent ce qu’ils aiment et aiment et créent à leur manière des choses incroyables.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s